Pourquoi Twitter fait-il tellement peur à certains journalistes ?


Les réseaux en général et Twitter en particulier, font encore peur à bon nombre de journalistes. Pourquoi ? Parce qu'il faut accepter de s'y mettre (un peu) en danger.

Pourquoi Twitter fait-il tellement peur à certains journalistes ?

Twitter ou ne pas twitter, telle est désormais la question dans bon nombre de rédactions. Et l'on réclame des chartes, des guides, bref, tout un arsenal car, au fond, beaucoup de journalistes ont la trouille du numérique, des réseaux sociaux en général et de Twitter en particulier. Pourquoi ?

1- Sur Twitter, le journaliste est à poil devant ses lecteurs
Twitter n'est pas un outil corporate destiné à faire la publicité du média pour lequel on travaille, ce n'est pas une page Facebook gérée par un community manager ou un jeune journaliste un peu geek (souvent en CDD)... Non, sur Twitter, le journaliste est tout seul. Pas de médiateurs comme on les aime tant dans les rédactions, personne pour sélectionner les commentaires les plus intelligents, les plus constructifs ou ceux qui permettent opportunément de mettre en valeur le formidable travail des journalistes. Non, sur Twitter, le journaliste est à poil devant ses lecteurs. Il lui faut répondre lui-même, expliquer, débattre, argumenter, connaître son sujet. Il y fera face à des argumentations parfois pertinentes, retorses, idiotes ou provocatrices.
Bref, sur Twitter, les journalistes sont devant leurs lecteurs. Et ça, pour un certain nombre d'entre nous, c'est une petite révolution. Car mine de rien, et sans paraphraser Desproges, on peut faire une brillante carrière de journaliste sans rencontrer ses lecteurs. C'est même souvent plus confortable pour tout avouer. On rencontre des collègues, des élus, des communicants, des chefs d'entreprises, des syndicalistes, des présidents d'associations, bref, tous ceux qui ont un rôle "officiel" et qui, d'une façon ou d'une autre, doivent communiquer. Mais des lecteurs, ceux qui chaque jour, chaque semaine, déboursent quelques euros pour nous lire, pas si souvent que ça, et c'est un euphémisme.

2- Twitter casse les codes du respect dû aux anciens (ou comment s'y faire tutoyer par des petits cons)
Du coup, lorsqu'il n'y a pas de filtre, la plèbe se lâche et oublie parfois le respect dû non seulement aux aînés mais aussi et surtout aux journalistes ! On s'y fait tutoyer comme n'importe quel quidam, ce que tout le monde n'est pas prêt à supporter :

Capture d'écran 2011-07-25 à 20.59.41

Et l'on a beau être un journaliste expérimenté, reconnu, travaillant dans un média national, on se retrouve parfois à devoir débattre avec des gamins à peine sortis de l'école de journalisme et qui, en plus, ont des avis bien arrêtés ! Mais si certains ne l'acceptent pas, d'autre savent se prêter au jeu :

Capture d'écran 2011-07-25 à 20.52.25  Capture d'écran 2011-07-25 à 20.54.56

3- Sur Twitter, les erreurs sont plus vite repérées
L'avantage d'écrire dans le journal ou de causer dans le poste, c'est qu'on y est seul et que ceux qui nous lisent ou nous écoutent le sont souvent aussi, (je ne sais pas pour vous, mais moi je déteste qu'un importun lise le journal par dessus mon épaule et, globalement, seule ma famille proche est invitée à partager chaque jour ma séance de visionnage d'infos). Bref, c'est chacun chez soi et Dieu pour tous.
Du coup, quand une erreur, une approximation ou une superbe connerie se glisse dans un article (si,si, ça arrive je vous jure), les dégâts sont limités. Rien ne dit que le lecteur / téléspectateur esseulé va la repérer et si c'est le cas, il grommelle dans son coin sans plus. Seuls quelques très motivés, les ronchons de service, iront allumer leur ordinateur (ou pire, prendre leur plume) pour envoyer un commentaire ou une correction bien sentie.
Pas de quoi faire trembler un journaliste. Pour peu que ce commentaire soit accompagné d'une réflexion acide ou d'un trait d'humour un peu trop féroce, il a de fortes chances de rester bloqué dans l'une des barrières érigées au fur et à mesure que les lecteurs essayent de prendre la parole.
Au pire du pire, le commentaire sera bien en ligne, mais noyé au milieu des autres tout en bas de l'article en question (comme sur mon blog) et si le courrier de lecteurs paraît (en petit, sans photo et dans une mise en page austère), on lui fera une réponse cinglante et sans retour à l'envoyeur possible.

Sur Twitter, lorsqu'un journaliste écrit une connerie, il est à peu près sûr qu'elle sera repérée et pointée rapidement. Et on n'aime pas trop ça...

Sur Twitter, rien de cela. Quand un journaliste écrit une connerie, il est à peu près certain qu'elle sera repérée et que cela se répandra comme une traînée de poudre. Moi le premier :
 

Capture d'écran 2011-08-02 à 09.26.43

Capture d'écran 2011-08-02 à 08.54.06

Pire, certains ne se contentent plus de relever les erreurs et de le dire, ils utilisent carrément les réseaux et les blogs pour dénoncer méthodiquement les articles idiots. C'est ainsi que François Hauter, journaliste au Figaro, a pu voir l'un de ses articles vertement critiqué par deux journalistes-blogueuses, Vriginie Lominet (@laristocraft) :

Capture d'écran 2011-08-02 à 09.32.59

et Gaëlle-Marie Zimmermann (@LaPeste) :

Capture d'écran 2011-08-02 à 09.33.24

Elles ne se sont pas contentées de pester dans leur coin contre cet article hautement critiquable, mais ont publiquement pris à parti le journaliste sur leurs blogs et sites respectifs, Le Plus et Twitter, rendant ainsi leurs réponses publiques et très diffusées (elles comptent à elles-deux un peu plus de 7 000 followers et les deux billets doivent totaliser au moins 10 000 lectures).

4- Sur Twitter, on ne lave plus notre linge sale en famille
Sur Twitter, les journalistes parlent entre eux, ce qui n'a rien de révolutionnaire (encore que…). Comme dans n'importe quelle rédaction normalement constituée (là aussi, encore que…) ils débattent entre eux, n'y sont pas d'accord, et parfois même s'y engueulent un peu sur des sujets importants. Mais cette fois, c'est en public et les internautes peuvent intervenir, réfuter, abonder, s'en foutre ou participer.
Lorsque Johan Hufnagel, co-fondateur de Slate.fr, Jean-Christope Féraud de Libération, Eric Mettout de L'Express.fr, Fabrice Arfi et Christope Gueugneau de Médiapart se lancent dans une discussion journalistique de fond (est-il de la responsabilité des médias de reprendre une bonne info sortie par un confrère/concurrent ?), les arguments volent, le ton monte parfois et les échanges sont vifs. Mais cela ne se fait pas dans le secret d'une salle de réunion ou d'un bistrot, mais "en public" ou presque.
C'est risqué (un peu), passionnant (souvent), inutile (parfois) et inédit dans une profession habituée à ne jamais ouvrir ses portes au public pour autre chose que pour les auto-célébrations de ses anniversaires ("il est beau mon n° 1000, regardez comme on est forts").

IMG_1040  IMG_1041

En résumé, pour les journalistes, le numérique, les réseaux et Twitter en particulier, ce ne sont que des emmerdes. Il faut y parler avec des lecteurs ou des internautes qui se permettent de vous y tutoyer, il faut s'y justifier, faire attention à ce qu'on y écrit sous peine d'être repris, corrigé, clashé. Et même entre confrères on n'est plus tranquilles.
Non, vraiment, pourquoi utiliser les réseaux ? Pourquoi aller sur Twitter ?

Exactement pour les mêmes raisons, justement. Parce que :

1- Sur Twitter, on rencontre des lecteurs, des internautes, et c'est ça qui est passionnant. Et comme le dit Eric Mettout dans l'un de ses derniers billets, " Les journalistes ont longtemps fait comme si leurs lecteurs n’existaient pas – pour être exact : une majorité de journalistes font toujours comme si les lecteurs n’existaient pas. Tâcher de savoir qui ils sont, ce qu’ils pensent, comment ils réagissent, d’où ils viennent, pourquoi ils viennent, ou ne viennent pas, entrer en contact avec eux, leur donner la parole, voire quelques clés, ce n’est pas se soumettre aux lois du plus grand nombre et du plus petit dénominateur commun, c’est reconnaître qu’on n’envoie pas nos articles dans le cosmos mais sur une planète pleine de gens bizarres qui nous lisent – ou dont on aimerait bien qu’ils nous lisent ".

Echanger, réfléchir, débattre librement entre journalistes et lecteurs, cela vaut bien un tutoiement intempestif non ?

2- Sur Twitter, pas de barrières. Pour les journalistes, et particulièrement pour les jeunes journalistes, c'est une opportunité nouvelle. Pour la première fois, un journaliste débutant peut dialoguer facilement et comme il le souhaite avec des confrères expérimentés, des rédacteurs en chefs de médias nationaux, échanger avec lui, ne pas être d'accord, apprendre.
Pour les journalistes qui travaillent seuls ou presque, et ils sont un paquet (pigistes, correspondants, dans les agences locales des grands journaux de PQR, médias dans lesquels les conférences de rédaction sont réduites à leur plus simple expression…), les réseaux sont aussi une formidable occasion d'échanger, réfléchir, discuter entre confrères. Cela vaut bien un petit tutoiement intempestif envers nos glorieux (hum…) aînés non ?

3- Sur Twitter, les erreurs sont vite repérées. Tant mieux ! Chaque année, l'enquête de nos confrères de Télérama nous le rappelle : une grande majorité du public n'a pas confiance en nous. Nous faisons, et c'est normal, des erreurs dans tous nos journaux, dans toutes nos éditions. Mais nous crevons de ne pas les reconnaître et d'avoir tant de mal à les corriger.
Arrêtons de nous planquer derrière des droits de réponses à envoyer dans-les-délais-par-recommandé-avec-accusé-de-réception-et-pas-au-journaliste-qui-a-signé-mais-au-directeur-de-publication-sinon-mon-pauvre-monsieur-on-ne-peut-pas-le-passer. On a écrit une connerie, une approximation ? Ce n'est ni la première, ni la dernière, nous ne sommes pas des spécialistes de tous les sujets que l'on traite et heureusement. Alors, écoutons ce que les autres ont à nous dire, prenons leurs réflexions en compte, corrigeons si besoin. Tout le monde en sortira gagnant.

4- Sur Twitter, on ne lave plus notre linge sale en famille. Ca tombe bien, il semblerait que notre lessive ne soit pas très efficace… La presse généraliste va mal depuis 15 ans au moins, les audiences des JT s'effritent presque toutes, le public se défie des journalistes plutôt que de leur faire confiance. Bref, les débats que nous tenons (ou pas) dans le secret de nos salles de rédaction ne semblent pas avoir été suffisants pour trouver la formule magique. Que risquons-nous à, de temps en temps, parler de tout ça en public ?

 

Twitter n'est ni le paradis ni l'enfer des journalistes. On peut très bien vivre sa vie de journaliste sans y être, on peut considérer (parfois légitimement) que cela prend trop de temps. Il n'y a, heureusement, pas de règle absolue et rien n'oblige un journaliste à aller sur Twitter et sur les réseaux sociaux. Mais lorsqu'on décide de les utiliser, on peut en retirer des choses très intéressantes pour faire son métier de journaliste à condition d'accepter de se mettre (un peu) en danger et de parler aux autres, n'en déplaise aux ronchons de tous poils !

(Illustration trouvée sur la boîte verte)

 


Par Erwann Gaucher le 02/08/2011 11:15:53
severine g.
Les journalistes, ces etres etranges et imparfaits :-)
| 07/08/2011 | 11:19
Bonjour, merci pour ce billet qui vient synthetiser ce que nous observons depuis des mois sur Twitter, comme une fenetre ouverte sur le microcosme des media, qui comme tout microcosme humain est peuple d'etres etranges et imparfaits :-) Je me suis permis un lien vers ce billet dans un commentaire sur le livre de l'ancien journaliste Tom Rachman Les imperfectionnistes, qui decrit 50 ans de l'histoire d'un journal fictif a travers les destins croises des membres de sa redaction. Le bouquin a ete ecrit en 2008 donc pas de mention de Twitter qui a cette epoque etait utilise quasi exclusivement par les early adopters geeks, mais une description de l'interieur, nourrie de l'experience de l'auteur au sein des redactions internationales d'Associates Press et du International Herald Tribune, des interactions humaines que twitter nous devoile par bribes. Les derniers chapitres sont en tout cas marques par la crise des media et sur les angoisses des membres de la redaction face a la revolution du numerique http://tamala75.wordpress.com/2011/08/04/the-imperfectionists/
Deux aspects à surveiller
| 03/08/2011 | 13:43
1) La vitesse de circulation des informations laisse peu de temps au journaliste pour vérifier ses sources; il doit donc connaître ses dossiers à fond afin de pouvoir traiter rapidement des impacts qu'un événement a sur ces (ses) dossiers. Sinon, au lieu de faire du journalisme, il fera de l'histoire... 2) Plusieurs de mes abonnements sont des journalistes, et je trouve ennuyant qu'ils utilisent le même identifiant pour parler d'événements d'intérêt public ou pour parler à leurs amis de leurs dernières vacances...
Anne Elisabeth L.
Evolution des articles
| 03/08/2011 | 07:27
journaliste pendant plusieurs années dans le milieu fermé des cabinets conseils, je n'avais pour source que les interviews face à face et lorsque le net est arrivé la recherche d'infos à travers le Monde. Il est clair que maintenant certains de mes articles seraient à reprendre intégralement car les témoignages d'utilisateurs seraient considérablement élargis, la mise en exergue des points négatifs où positifs seraient à large spectre. Les cabinets conseils où l'information est surveillée, encadrée, secrète, s'ouvrirait au grand jour et l'utilisateur final et payeur poserait les bonnes questions avant d'acheter les heures de "consulting" à des tarifs prohibitifs car peu encadrés et une rivalité entre cabinets devenus inventifs en matière de marketing ! Twitter serait dans doute bien utile !
et aussi... :
Intéressant, merci | 02/08/2011 | 21:44
Twitter pour les journalistes et les lecteurs | 02/08/2011 | 16:53
| 02/08/2011 | 13:53

Envoyer