Vine ou Instagram : quel outil vidéo pour les journalistes ?


La vidéo s'impose dans les formats, et les outils de vidéos sociales se multiplient : Vine, Instagram, Tout... Quels sont les meilleurs outils pour les journalistes ?

 

C'était évidemment le lancement de la semaine dernière, l'arrivée de la vidéo sur instagram. Avec un succès évident, puisque pas moins de 5 millions de vidéos ont ainsi été mises en ligne sur le réseau en 24 heures, racheté l'année dernière par Facebook. Soit 40 heures de vidéos par minutes, des chiffres que l'on retrouvera désormais dans les traditionnelles vidéos de présentation des réseaux sociaux.

 

C'est là le dernier épisode de la guerre que se livrent Facebook et Twitter, chacun disposant maintenant de sa plateforme vidéo. Et pour les journalistes, désormais quasiment tous équipés de smartphones et de plus en plus sollicités pour l'utiliser, comment s'y retrouver ? Quel est le meilleur outil pour réaliser simplement et rapidement, et diffuser ses vidéos ? Vine ? Instagram ? Petit passage en revue, sous l'angle journalistique, des outils de vidéos sociales.
 

Côté caractéristiques techniques des deux applications, TechCrunch a fait il y a quelques jours un comparatif complet que voici :

Capture d'écran 2013-06-24 à 08.51.13


Mais cela ne suffit pas forcément à se décider. Car ce n'est pas une surprise, comme souvent, il n'y a pas UN outil idéal, surpassant à lui seul tous les autres. Les journalistes ont plutôt intérêt à utiliser plusieurs outils de vidéos sociales, en fonction de leur objectif.

 

 

Faire la promotion d'un article auprès de ses lecteurs ? Instagram


Si la vidéo que l'on tourne a pour objectif de faire la promotion d'un sujet auprès de ses lecteurs, c'est pour le moment Instagram qui sera le plus efficace. Avec plus de 130 millions d'utilisateurs dans le monde, dont 1,3 millions de visiteurs uniques en France, Instagram est pour le moment loin devant Vine. Même chose pour les réseaux "mères" auquel les deux applications sont directement liés. En France en tout cas, les médias ont une présence Facebook plus développée et un apport d'audience supérieur via Facebook que Twitter.

 

Mais attention, la situation évolue vite. Selon Topsy, dont le chiffre a fait grand bruit il y a quelques semaines, le 8 juin dernier a peut-être marqué un tournant, puisque Vine a généré ce jour là 2,8 millions de partages sur Twitter, contre 2,1 millions pour Instagram. C'était avant le lancement de la vidéo sur Instagram, mais cela confirme l'hypothèse que Twitter se développe plus vite que Facebook à son époque.

 

Capture d'écran 2013-06-24 à 09.05.22

 

Zoomer sur un moment fort


C'est la grande force de Vine et de ses vidéos en boucle : permettre de mettre en avant le moment fort d'un événement, les quelques secondes qu'il ne faut pas rater et que l'on regarde encore et encore. On pense bien sûr à la fameuse vidéo des attentats de Boston, qui n'est qu'une captation de la retransmission télévisée, mais qui zoome sur le moment de l'explosion d'une des bombes et que l'on regarde encore et encore. C'est l'effet snapshot de Vine, qui permet à chacun de choisir son moment fort et de le partager :

 

 

Si Vine avait existé en 2001, c'est sans doute sur ce réseau qu'auraient été diffusées, et regardées en boucle, les images des avions frappant le Word Trade Center. Potentiellement lassant sur une actualité banale, la boucle de Vine prend tout son sens sur les quelques secondes les plus marquantes de l'événement qui sont ainsi répétées à l'infini. Un outil de curation et de mise en avant parfait.

 

C'est une variation de cette utilisation qu'a choisi Euronews par exemple en proposant chaque jour le #euronewsvineoftheday :

 

 

 

 

 

Faire une interview ou une mini-chronique

Instagram, sans conteste. A quelques rares exceptions près (certains footballeurs après un match ?) difficile de se contenter de 6 secondes pour une réponse. Les 15 secondes d'Instagram et la possibilité de supprimer facilement une séquence qui vient d'être tournée sans effacer le reste, offre de belles possibilités d'interviews sur le vif, immédiatement disposnibles sur la page Facebook du média.


Bon exemple avec, déjà, un premier essai du Monde.fr : 3 livres en 15 secondes, par Jean Birnbaum (à regarder ici)

 

Capture d'écran 2013-06-24 à 09.44.23

 

C'est en revanche dans ce cas que l'on regrette fortement que la fonction embed ne soit disponible que sur Vine. Pour le moment, ce qui se passe sur Instagram reste sur Instagram (et Facebook).

 

 

 

Traiter tout un événement en vidéos


Là, c'est un troisième outil qui est le plus indiqué : Tout. Un peu moins connue car aucune firme n'a pour l'instant dépensé une forture pour se l'offrir, l'application Tout est une excellente alternative à Vine et Instagram vidéo.

Si elle ne bénéficie pas de la puissance de Twitter et Facebook pour diffuser ses contenus, Tout compense avec des options particulièrement intéressantes lorsque l'on veut travailler sur la longueur. Elle dispose de 15 secondes de vidéos et d'un système de montage simplifié, comme Instagram, et d'un embed comme Vine. Mais Tout permet également de créer des widgets personnalisables aux nombreuses options.

 

Résultat : la possibilité de créer de véritables chaînes, multicontributeurs, et d'intégrer immédiatement toutes les vidéos sur différentes plateformes. Idéal pour traiter en vidéo de grands événements, puisque plusieurs journalistes dans une manifestation, un festival ou une compétition sportive pourront alimenter la "chaîne" ainsi créée et envoyer instantanément leurs vidéos sur leurs sites et dans les différentes pages concernées.

 

Capture d'écran 2013-06-24 à 09.32.05

 

 

Avec 78 872 followers et 354 contributeurs, le Wall Street Journal ne s'y est, par exemple, pas trompé. Seul (vrai) défaut, l'embed proposé par TOUT est en flash, et peut donc poser quelques soucis de lectures.

 

Et vous, quelles utilisations de Vine, Instagram vidéo et de Tout avez-vous ? Utilisez-vous d'autres applications de vidéos sociales ?

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Erwann Gaucher le 24/06/2013 08:45:04
. S.
Embed indispensable
| 04/07/2013 | 23:20
Si Instagram ne permet pas l'embed, est-ce que ce n'est pas un défaut rédhibitoire, dans le sens où l'outil ne peut plus se fondre dans le média existant ? Sauf à ne l'utiliser que comme outil de promotion, mais alors l'intérêt journalistique est limité...

Envoyer