Les ventes numériques de la presse commencent à compenser la chute du papier !


Les ventes d'exemplaires numériques ont enfin commencé à décoller pour les quotidiens. Pour certains, comme Libé, Le Figaro ou Le Soir, elles compensent même les baisses de diffusion du papier en 2012 !

 

Les ventes du papier sombrent donc presque inexorablement pour les quotidiens papiers, on ne cesse de le constater (lire également les billets sur les résultats 2012 des quotidiens nationaux et régionaux). Et qu'en est-il des ventes numériques ?

Certains journaux comme Libération ont annoncé leur intention de mettre le paquet de ce côté, mais que représentent aujourd'hui leurs ventes de journaux en ligne ? Peuvent-ils compenser les exemplaires perdus chaque année sur le papier ?
Chez nos voisins belges, c'est presque déjà le cas. En tout cas, pour le quotidien Le Soir. Comme Le Monde, Libé et la plupart des autres, les ventes papier du Soir souffrent : -4,63% en 2012 (74 607 exemplaires contre 78 226 en 2011). Mais dans le même temps, sa diffusion digitale a fait un bond de près de 400%, passant de 1 178 exemplaires quotidien à 4 517.

Le calcul est simple : pour 3 619 ventes papier perdues en 2012, Le Soir a gagné 3 339 exemplaires numériques. Les ventes numériques compensent quasiment les pertes du papier, et vu la marge de progression possible du côté du digital, on peut penser qu'en 2013, les courbes se croiseront.

 

Libé double ses ventes numériques en 2012

Et en France ? Du côté de Libération aussi, les exemplaires numériques explosent. En 2011, le quotidien dirigé par Nicolas Demorand vendait en moyenne 4 597 exemplaires numériques par jour. En 2012, le chiffre a quasiment doublé pour atteindre 8 899 exemplaires par jour, soit un gain de 4 302 ex/jour. Dans le même temps, les ventes des exemplaires papier (diffusion payée France + étranger) baissaient de 4 445 exemplaires. Là aussi, la hausse du numérique compense quasiment la baisse du papier.

 

Capture d'écran 2013-02-28 à 23.26.24

 

 

Le Figaro reste dans le vert… grâce à ses ventes numériques !

Même progression du côté du Figaro, qui a vu ses ventes d'exemplaires numériques bondir de plus de 127% en un an pour atteindre 7 273 exemplaires/jour. Soit un gain de 4 076 exemplaires. Le phénomène est d'autant plus intéressant à observer, que ce sont ces ventes numériques qui permettent au Figaro d'être l'un des seuls quotidiens nationaux à terminer l'année 2012 dans le vert côté ventes. S'il ne devait compter que sur ses ventes papier, le journal de Serge Dassault aurait terminé l'année en très léger recul (323 170 exemplaires vendus chaque jour contre 326 170 en 2011). Avec la progression des ventes numériques, ce léger recul devient une légère hausse.

Capture d'écran 2013-02-28 à 23.27.38

 

 

Le Monde largement en tête des ventes numériques

Mais c'est encore du côté du Monde que le phénomène est le plus remarquable. Le quotidien du soir est en effet nettement en avance sur ses concurrents en la matière, puisque ses ventes numériques représentent déjà 8,2% de sa diffusion payées totale (25 820 ex/jour). Au Figaro, elles ne représentent que 2,2% et à Libé 7,2%
Pour autant, les 8 957 exemplaires numériques vendus en plus chaque jour de 2012 par rapport à 2011 ne suffisent pas à compenser les 15 996 exemplaires papiers disparus. Le Monde a beau être le premier vendeur de quotidiens nationaux numériques, il fait aussi partie de ceux qui perdent le plus de ventes papiers…

 

Capture d'écran 2013-02-28 à 23.27.15

 

Du côté des autres quotidiens nationaux, les progressions sont aussi à deux chiffres pour ces ventes numériques :

- Les Echos : 9 757 ex/ jour (+50,4%)http://www.erwanngaucher.com/monespace/index.php?ssCat=1&sortby=id&sortdir=DESC&action=mod&id=1077
- La Croix : 2 885 ex/jour (+ 327%)
- L'Equipe : 3 017 ex/jour (+28%)

Seuls L'Humanité et, plus étonnamment Aujourd'hui en France, semblent avoir totalement raté ce train des ventes numériques. 4 exemplaires numériques vendus seulement chaque jour pour le premier, et 58 pour le second (contre 2 en 2011 !)

 

L'année 2013 devrait donc être décisive en la matière. S'ils réussissent à freiner un peu la chute de leurs ventes papiers et continuent de faire progresser fortement leurs ventes numériques, ce que les chiffres encore modestes laissent présager, la plupart des quotidiens nationaux devraient assez nettement compenser grâce au numérique les pertes de ventes du papier. Pas le Pérou, bien sûr, mais un début de monétisation numérique à la portée de tous peut-être…

 

Réponses aux commentaires :

@Cédric N : Les chiffres cités dans le billet sont tous des chiffres OJD et les diffusions exprimées sont toujours les diffusions payées (pas de diffusion gratuite)

@Erreip P : tout à fait d'accord, mais la comparaison des chiffres de ventes numérique n'est pas possible avec les années antérieures puisqu'aucun des quotidiens ne les avaient déclaré à l'OJD. Mais il n'est économiquement pas juste de dire que les ventes numériques se vendant moins cher elles ne compensent pas, puisqu'elles coûtent aussi nettement moins cher à produire (pas de papier, pas d'encre, pas de livraison, pas de gestion des invendus...)

@Fab M. : désolé mais je ne comprends pas le sens du commentaire... Mais je vous confirme, j'ai fais ce billet derrière un bureau.

 

 

 

Par Erwann Gaucher le 01/03/2013 07:20:47
Cedric N.
Question : ventes vs diffusion vs diffusion payée ?
| 04/03/2013 | 12:21
bonjour erwann, article intéressant permettant de faire le point sur cette question importante. Peux tu préciser tes sources ? (OJD ?) quand tu évoques "ventes" : tu parles de diffusion OJD ou de diffusion payée (par des tiers par exemple) ou de ventes au numéro (équivalent vente kiosque) ? > pour l'instant j'ai surtout l'impression que le gros du volume c'est le téléchargement d'un PDF "OJD" dont on a bien du mal à dire si le temps de lecture est le même que la version papier. (mais sans forcément avoir au bout du bout un CA). > pour ce qui est d'un CA venant de la vente d'un exemplaire numérique s'il est en croissance il ne l'est peut être pas dans les volumes que tu décris ? qu'en pensez vous ? A++ cédric
Fab M.
Torchon
| 04/03/2013 | 11:25
Aucune chiffre économique, qui dirait que cette compensation fait perdre de l'argent aux journaux. Du journalisme de bureau cet article...
Erreip P.
Oui mais
| 02/03/2013 | 00:15
Ok pour l'année 2012, mais qu'en est-il des autres années? Pourquoi ne pas mettre ces chiffres des ventes numériques en relation avec la baisse depuis plusieurs années? Vendre 8000 exemplaires numériques, même si c'est encourageant, me semble dérisoire par rapport au papier... Et il manque un peu de chiffres là-dedans. Les journaux numériques se vendent moins chers, donc perdre 3000 éditions papier et gagner 3000 en numérique signifie perdre de l'argent! Un mot sur les revenus publicitaires enfin... Alors qu'ils se désengagent du papier, les annonceurs vont-ils vers le numérique? En tout cas, acheter une pub pour un journal numérique vendu à 10 000 exemplaires coûte beaucoup moins qu'une page de journal vendu à 300 000 exemplaires... Donc là-encore, perte d'argent. Oui, "les ventes numériques commencent à compenser (remarque : ça compense ou pas? "Commencer à compenser" ne veut rien dire...) la chute du papier", mais seulement en nb d'exemplaires, absolument pas au niveau économique. Un peu facile l'article......
et aussi... :
Bonne nouvelle | 01/03/2013 | 15:10

Envoyer