La guerre des gratuits continue !


Après Le Havre et Caen, la guerre des gratuits qui fait rage en Normandie s'étend à Rouen avec le lancement de deux nouveaux titres dans les semaines à venir

La guerre des gratuits continue !

Et de quatre, pardon, cinq ! La guerre des gratuits faut décidément rage en Normandie (lire mon billet du 16 novembre ci-dessous). La semaine dernière, j'annonçais le lancement par Tendance Ouest d'un hebdo gratuit à Rouen le 17 mars prochain. De quoi couper l'herbe sous le pied de Publihebdos, qui avait également un projet de gratuit dans les tuyaux ? Et non, car la filiale de Ouest France a finalement décidé de dégainer la première en annonçant le lancement de son propre gratuit dès le 2 février.

Annoncé dans l'édition du 1er février du grand frère Ouest France, de quoi assurer une bonne couverture publicitaire au petit nouveau, cet hebdo sera donc le cinquième lancé dans la région après Le Havre Infos, Côté Caen, Tendance Ouest Caen (et donc bientôt Tendance Ouest Rouen). Comme son concurrent qui arrivera à Rouen mi-mars, ce gratuit sera tiré à 45 000 exemplaire distribués directement dans certaines boîtes aux lettres et par colporteurs.

Après Caen en 2009, Tendance Ouest, première radio indépendante de Normandie, lancera donc elle aussi un gratuit à Rouen. Le tabloïd de 24 à 32 pages couleurs sera tiré à 45 000 exemplaires chaque semaine (30 000 ex. à Caen) et diffusé dans un réseau de plus de 400 petits commerces et services de proximité. Une diffusion qui sera renforcée par une distribution directe par des crieurs dans les lieux publics du centre-ville et les gares. Tendance Ouest Rouen emploiera sept personnes dont trois journalistes professionnels  et s'appuiera sur un réseau de correspondants.

Les Normands sont de gros lecteurs de presse régionale, ils sont servis !

Tendance Ouest, qui réunit plus de 100 000 auditeurs/jours en Normandie, appartient à La Manche Libre, premier hebdomadaire régional de France, une référence en la matière avec une diffusion de 74 836 exemplaires chaque semaine (+5% par rapport à 2005), dans un département qui compte moins de 500 000 habitants. Un véritable village gaulois qui résiste depuis des décennies à ses grands rivaux qui l'entourent et l'assiègent : le quotidien Ouest-France, bien sûr, et sa filiale Publihebdos. Premier groupe de PHR de France, Publihebdos compte aujourd'hui 62 ou 63 titres et diffuse 533 000 exemplaires chaque semaine, dont une bonne partie en Normandie. A la tête du premier, Benoît Leclerc, fils et successeur du fondateur du journal, à la direction du second, Francis Gaunand.

Le village gaulois qui résiste

La concurrence entre les deux groupes était directe et frontale, elle se transforme en véritable guerre depuis un peu plus d'un an avec cette guerre des gratuits. : En 2009, La Manche Libre avait dégainé en premier en lançant un premier hebdo gratuit, Tendance Ouest.

En novembre dernier, la réplique de Publihebdos avait est annoncée. Francis Gaunand avait en effet officialisé le lancement de deux nouveaux hebdomadaires, gratuits eux aussi : Le Havre Infos, qui sera diffusé à 40 000 exemplaires dans la métropole de Haute-Normandie, et un petit frère conçu sur le même modèle, qui devrait débarquer à Caen (sans mauvais jeu de mots) le 8 décembre prochain. Sans oublier, bien sûr Le Bonhomme Libre, hebdo payant installé depuis bien longtemps à Caen et diffusant à 17 000 exemplaires chaque jeudi (et propriété du groupe Publihebdos). Un quotidien et trois hebdos régionaux dont deux gratuits, du côté de Caen on risque de frôler l'indigestion d'infos locales...

Publihebdos ouvre deux fronts, au Havre et à Caen

Avec cette offensive en règle, Publihebdos ouvre deux fronts. A Caen, le groupe veut visiblement empêcher l'un de ses rares concurrents de grignoter sa zone en prenant pied dans la principale métropole de la région. Au Havre, la filiale de Ouest France pourrait bien essayer de profiter des difficltés des quotidiens locaux du Groupe Hersant Medias (-18% de diffusion en 5 ans selon l'OJD) pour capter une part supplémentaire du marché de la pub-en Haute-Normandie, où il possède déjà 16 hebdomadaires ou bi-hebdos.

Y-aura-t-il de la place pour tout le monde ? Pas sûr... Mais cette nouvelle guerre des gratuits sera passionnante à observer !


Par Erwann Gaucher le 26/01/2011 14:41:03
L'actu des médias
 
Imprimez cet article avec...